Pourquoi un projet autour du livre ?

«Beaucoup de femmes et des hommes, un peu moins nombreux, lisent par goût de découvrir et pour inventer un sens à leur vie, y compris dans des milieux populaires. Pour sortir du temps, de l’espace quotidien, accéder à un monde élargi. Pour s’ouvrir à l’inconnu, se transporter dans des univers étrangers, se glisser dans l’expérience d’un ou d’une autre, s’approcher de l’autre en soi, l’apprivoiser, moins le redouter. Pour savoir ce qui a été inventé comme solution à la difficulté d’être de passage sur terre. Pour habiter le monde poétiquement et ne pas être seulement adapté à un univers productiviste.»

Michèle Petit, Éloge de la lecture, Coll. Nouveaux Mondes, © Éditions Belin, 2003

La lecture participe de la construction de soi et de la découverte du monde. Former des lecteurs est un enjeu politique, culturel et social. Mais tous les enfants n’ont pas l’opportunité d’avoir des livres chez eux, des parents qui leur racontent des histoires, d’être abonnés à une revue, d’aller à la bibliothèque…

Face aux inégalités des expériences, certains ont besoin que cette rencontre avec le livre se réalise grâce à un médiateur. Il est donc important de lier le livre à la vie des enfants et des jeunes, de faire vivre joyeusement lecture et écriture aussi dans les temps de loisirs, de créer un «horizon d’attente» autour des livres.

Pour cela, il appartient aux adultes, qu’ils soient animateurs, bibliothécaires, conteurs, enseignants, passeurs de livres de tous ordres ou simples lecteurs… de multiplier et de diversifier les occasions de s’en saisir, de les manipuler, de les partager avec d’autres, de se les approprier.

La lecture demande de l’attention, de la confiance, de l’amour, de l’humour, de la liberté, de la lenteur. Il s’agit de lire, de dire, de jouer ou d’écrire et de laisser germer…





retour haut de page

 
imprimer cette page