Un parcours pour construire un projet

Au préalable...

Avant toute démarche pour concevoir et réaliser un projet autour du livre et de la lecture, il est indispensable de se poser certaines questions : Quels sont les partenaires de proximité (bibliothèques publiques, associations, centres de loisirs, centres sociaux, écoles et collèges) ? Quelles sont les ressources disponibles ? Quels sont les projets en cours de réalisation sur le même territoire ? Quelles sont les occasions de rencontre avec le livre dont les enfants bénéficient déjà ? D’où vient l’initiative du projet ? D’une demande du public ou des partenaires ? De manques repérés (éloignement de la bibliothèque publique, coin lecture non fréquenté, difficultés identifiées lors du soutien scolaire, désaffection des publics adolescents…) ? Les réponses apportées à ces questions vous aideront à préciser votre projet : il sera alors possible de formuler les objectifs poursuivis. Il est possible que ces données soient déjà réunies dans un état des lieux réalisé pour des dispositifs tels que le Contrat Temps Libre, le Contrat Enfance, etc. (Voir «L’argent du voyage - Les dispositifs d’aide au projet»).

Définir les objectifs

Si la nécessité d’inciter les jeunes à la lecture est un objectif évident, cela ne constitue pas une ligne directrice suffisamment précise pour construire un projet. En revanche, «introduire le livre dans un centre de loisirs en proposant aux enfants de participer à un prix littéraire» est une meilleure base. D’un projet précis et circonscrit peuvent alors se dégager des pistes de travail complémentaires : ainsi, si l’objectif est d’introduire le livre en centre de loisirs, on pourra chercher un partenariat entre le centre et la bibliothèque de la commune.

Identifier les acteurs

Les projets autour du livre et de la lecture peuvent être l’initiative des acteurs de l’éducation au sens large. Par ailleurs, monter un projet de qualité, c’est faire appel à un champ de compétences très large. Travailler seul, c’est souvent l’assurance de moins bien faire, de se priver, non seulement de financements possibles, mais aussi de savoir-faire et d’occasions de rencontres. Il est donc important de nouer des partenariats sur tout ou partie du projet, avec :

Cibler les publics

Il faut, dans la mesure du possible, essayer d’entreprendre les actions de médiation à la lecture avec un groupe stable, quel que soit l’âge des participants. Un même projet peut donc s’adresser à des jeunes d’âges différents à condition que chacun puisse exercer un rôle actif. Dans une action du type «les adolescents vont lire aux petits», les ados se formeront à la lecture à voix haute et connaîtront la production pour la petite enfance, et les plus jeunes découvriront quant à eux de nouveaux albums et le plaisir de l’écoute.

Déterminer les modalités de l’action

Quelle est son ampleur? Concerne-t-elle un établissement scolaire, social, culturel, une association, un quartier, une commune ou intercommunalité, un département… Quelle est sa durée? L’action peut être ponctuelle, périodique ou pérenne. Qui fait quoi ? Quand ? Où ? Les phases de préparation, de recherche de financements et d’évaluation sont des temps importants qu’il faut intégrer dans un échéancier détaillé. Quelle est la place de la lecture, de l’écriture dans le projet. Quels sont les domaines envisagés (conte, poésie, bande dessinée, documentaire) et le mode d’accès privilégié (arts plastiques, lecture à voix haute, jeux) ? Comment s’organiser ? Il faut par exemple vérifier la disponibilité des locaux, prévoir le temps réservé au suivi du projet dans l’emploi du temps des jeunes, etc.

Etablir le budget prévisionnel

Le projet étant clairement établi, les besoins humains, matériels et financiers peuvent être identifiés. À partir de là, déterminer la part de prise en charge des organisateurs et des partenaires en réfléchissant à ce qui peut être sollicité sous forme de services (prêts de locaux, de matériel…) et préparer un budget chiffré présentant un total des dépenses et des recettes en équilibre.

Monter les dossiers de préparation

L’action doit être décrite le plus précisément possible : objectifs, publics visés, mise en œuvre, budget, évaluation… Ce dossier principal servira de base à des documents spécifiques adaptés aux différents partenaires. Il faut se décentrer par rapport à ses propres préoccupations pour mettre en avant ce qui risque d’intéresser le plus les personnes auxquelles on s’adresse. Un dossier doit être aussi lisible que possible, pas forcément austère et surtout il doit arriver à temps !

Valoriser le projet

Il est également important de faire connaître son action auprès des publics concernés par le biais de la communication. L’élaboration de différents documents (dépliants, affiches, programmes), la publicité et les relations avec les médias sont autant d’outils propres à diffuser l’information, depuis les données pratiques (date(s), lieu(x), etc.) jusqu’à l’esprit du projet. À l’interne, organiser des réunions, informer de l’avancement du travail, prévoir des moments forts au démarrage et / ou à la clôture du projet... créeront un esprit de convivialité entre les différents partenaires et mettront en valeur les efforts de chacun. On peut penser par exemple, pour un prix littéraire, à organiser une rencontre finale entre le jury, les écrivains, les partenaires et les institutions pour l’annonce des résultats. À terme, la reconduction du projet peut être facilitée par cette reconnaissance de l’investissement de tous.

Evaluer le projet

On oublie trop souvent cet aspect. L’évaluation n’est possible que si les objectifs sont clairement définis (exemple : «favoriser la rencontre des enfants avec les livres hors temps scolaire»). Dès la conception du projet, il faut donc penser aux modalités de l’évaluation en établissant :

L’évaluation peut aussi croiser les points de vue de l’animateur, des responsables de la structure, des intervenants, du public et, lorsque c’est possible, les avis de personnes extérieures : cabinets d’études, stagiaires…
Le bilan qui sera réalisé après cette évaluation constituera la mémoire du projet et pourra être communiqué aux différents partenaires.


Projet inter-génération

En 2003, à Seclin, a été mis en place un projet inter-génération : des enfants rendent visite à des personnes âgées avec une liste de mots pouvant constituer un abécédaire. Des mots comme carillon, lessiveuse, mouchette… qui délient facilement les langues et font ressurgir des récits enfouis. La maison devient alors un lieu de paroles où l’on partage ses émois. C’est, pour les personnes âgées, le moyen de transmettre, de communiquer leurs expériences et pour quelques heures sans doute, d’oublier leur solitude. « C’est en creusant les usages et les traditions locales qu’on récolte le terreau pour narrer, dans un langage fleuri, les souvenirs… » « Si Seclin m’était conté… », avec les photos d’hier et d’aujourd’hui de Pierre-Yves Brest, un album a été édité. Alors, collecteurs de mémoire, peut-être… Passeurs de mémoire… ?

Proposition d'une fiche « méthodologie de projet »

Chronos est un prix littéraire mis en place par la Fondation Nationale de Gérontologie (FNG) avec une sélection d’ouvrages sur le thème des relations entre les générations. Afin d’étendre ce prix aux centres de loisirs, la DRDJS de Lille Å propose Chronos Vacances à partir de sacs à dos contenant des livres de la sélection Chronos, du matériel destiné à l’animation (affichettes, diplômes, questionnaires, cartes d’électeur, bulletins de vote...) et des fiches pratiques suggérant des activités autour des livres (bricolage, jeux...). Voici une synthèse du projet tel qu’un centre de loisirs aurait pu l’établir :

Besoins repérés

-Difficultés à introduire le livre dans les activités du centre et à sensibiliser les animateurs.
-Les enfants ont peu d’occasions de lecture.

Objectifs

-Inciter les jeunes animateurs à découvrir le livre comme support d’animation.
-Permettre aux enfants de rencontrer le livre hors temps scolaire.

Projet

Mettre en œuvre par un moyen simple (kit sac à dos) une première expérience d'animation pour « donner à lire » à différents moments de la journée.

Public visé 36 enfants (3 groupes de 12) de 8 à 12 ans.

Mise en œuvre pédagogique

-D’une durée d’un mois à raison d’une demi heure par jour pour la lecture et les débats.

  • Des temps plus longs d'activités autour du livre,un temps fort en fin d'action.
  • Action avec les animateurs: formation à la lecture à voix haute et découverte des livres.
  • Action avec les enfants: temps de lecture partagés, débat/activités à partir des fiches animation, vote/sensibilisation à la citoyenneté, organisation d'une journée festive autour des thèmes abordés par les livres, retour des résultats aux enfants par la fondation.

Moyens humains et partenariat

Le directeur et les animateurs du centre portant le projet, un médiateur lecture de la bibliothèque de la commune. Les partenaires : la DRDJS de Lille Å, la bibliothèque, les parents, …

Moyens matériels

Sac à dos Chronos (éventuellement : livres d’une bibliographie complémentaire sur le thème), matériel de bricolage et locaux.

Evaluation

ObjectifInciter les animateurs à mener des projets lecture.
CritèreMotivation des animateurs.
Indicateur quantitatifNombre d’animateurs volontaires pour participer à l’action.
Indicateur qualitatifNiveau d’investissement des animateurs dans le projet.
ObjectifFavoriser les rencontres enfants / livres hors temps scolaire
CritèreIntérêt des enfants pour l’activité
Indicateur quantitatifNombre d’enfants ayant lu tous les livres et ayant voté.
Indicateur qualitatifQualité de l’écoute pendant les temps de lecture.

Perspectives

Proposer aux centres de loisirs ayant participé de s’inscrire à un prix littéraire d’enfants fonctionnant sur l’année scolaire et les accompagner dans cette démarche.





retour haut de page

 
imprimer cette page